CLASSEMENT

France, terre de congrès

revenir à l'accueil
Malgré son maintien dans le Top 10 des destinations ayant accueilli le plus de congrès dans le monde, la filière s'interroge sur les leviers de croissance.

FRANCE, TERRE DE CONGRÈSAvec 469 congrès et conventions accueillis en 2012 (contre 428 en 2011), la France est aujourd’hui la cinquième destination choisie par les organisateurs de congrès internationaux, derrière les États-Unis (833 événements), l’Allemagne, l’Espagne et le Royaume-Uni, d’après le dernier classement de l’association internationale des congrès et convention (ICCA). Du côté des villes, Vienne (Autriche) reste indétrônable juste devant Paris, toujours sur la deuxième marche du podium, en très légère hausse, suivie de Berlin (Allemagne). Sur le fond rien de bien nouveau donc, ni de très inquiétant.

FRANCE, TERRE DE CONGRÈSLes congressistes veulent avoir le choix

En attendant la publication imminente (courant juin) des chiffres de Foires salons congrès et événements de France (FSCEF) sur l’activité congrès dans l’Hexagone, les professionnels de la filière, organisateurs professionnels de congrès (PCO) et fédération en tête, expriment déjà quelques doléances. Bien que la France soit particulièrement bien équipée en matière de centres de congrès, et qu’elle ait déjà réalisé de gros progrès en matière d’accueil, elle subit encore trop la concurrence des autres destinations « plus soutenues par leurs gouvernants, parfois fortement subventionnées ou tout simplement moins handicapées par des lois absurdes ou des tarifs en augmentation constante et injustifiée », se plaignent les organisateurs de congrès. Les rares acteurs trouvant encore grâce aux yeux des professionnels pour accueillir les congrès sont… les hôtels dont certains ont une capacité leur permettant accueillir l’essentiel des congrès d’envergure nationale. Plus encore lorsqu’ils disposent d’un vrai centre de congrès, à l’image des Novotel du réseau ProAct, comme ceux de Belfort ou de Nîmes ! « Les congressistes financent généralement leur hébergement et sont donc exigeants. Ils veulent avoir le choix, mais aussi le meilleur rapport qualité-prix, rappelle Milène d’Agostini, responsable exploitation du Novotel Belfort.  »