Interactivité

La réunion version 2.0

revenir à l'accueil
À l'image de la société, les réunions d'entreprises sont devenues interactives, les participants de vrais acteurs de l'événement

interactivite-1Il est un temps pas si lointain où bon nombre d’organisateurs de réunions ne croyaient pas aux synergies entre le monde du réel (de la rencontre physique) et celui du virtuel. Où l’émergence du digital parce qu’il permettait de se parler en direct à des milliers de kilomètres de distance était davantage perçue comme un concurrent de la rencontre physique. Mais ça, comme dit la pub, c’était avant ! Dans le sillage des évolutions technologiques, les réunions, à l’image de la société, deviennent chaque jour de plus en plus interactives.

Chacun peut être acteur de l’événement
Équipés de tablettes ou parfois simplement de leur propre smartphone, les participants sont les vrais acteurs des événements d’entreprises, qu’il s’agisse de conventions, de séminaires ou de congrès. Pour Martin Tissier de la société Urban Gaming, leur apport est une révolution : « Pendant longtemps, les organisateurs ne pouvaient proposer qu’une communication descendante pour délivrer leurs informations, complétée par un formulaire de questions/réponses pour valider a posteriori les acquis des participants. Aujourd’hui, les tablettes tactiles peuvent permettre d’aller beaucoup plus loin, quel que soit le type d’opérations, en devenant tour à tour un média, un outil de recherche d’information, de jeu ou de validation immédiate des acquis… »

 

 

interactivite-2Un vrai plus pour gérer les groupes
En préservant l’anonymat des intervenants, elles sont aussi devenues les nouveaux outils de la conversation. Depuis son fauteuil, le participant, même timide, peut interagir, poser ses questions, émettre une remarque voire… une critique à chaud. Pour un groupe réuni au Novotel Paris Est, Urban Gaming a, par exemple, enchaîné durant la même journée une séance de travail durant laquelle les participants ont pu découvrir sur leur tablette les nouveaux produits qui leur étaient présentés par le biais de contenus – écrits, photos, audio et vidéo – avant d’être invités à donner leurs avis, affiché sur l’écran de la plénière afin de nourrir le débat et enfin à répondre à un mini quiz sur ce qui venait d’avoir lieu. « Tous les flux – questions, remarques… – sont centralisés sur une plateforme et filtrés au besoin avant d’être publiés, précise Martin Tissier. L’outil est un vrai plus pour gérer les groupes en évitant les goulots d’étranglement en fin d’épreuve. »

interactivite-3Si tous les hôtels Novotel proposent aujourd’hui une infrastructure adaptée (ADSL, fibre, wifi) suffisamment performante pour permettre l’interactivité, on rappellera que certains ont récemment amélioré la capacité de leur réseau pour garantir le plus haut niveau de prestation. Le Novotel Paris Est s’est offert, pour ses quarante ans, une remise à niveau complète… et le Novotel Paris Tour Eiffel est allé un cran plus loin : « L’hôtel est désormais équipé d’un réseau en fibre optique, annonce Carolyn Jacquemin, responsable commerciale de l’établissement. C’est ce qui se fait de plus performant en termes de qualité, de rapidité… » Qui dit mieux ?

LIVE TWEET, MODE D’EMPLOI

La pratique du live tweeting est devenue courante dans la plupart des émissions télévisées en direct, de « C dans l’air » à « The Voice », en passant par « Top chef » et « Mots croisés ». Il semblait donc peu probable qu’elle ne s’invite pas dans les réunions d’entreprise. « Twitter, les réseaux sociaux et plus largement l’interactivité animent et dynamisent l’événement. Ils maintiennent l’attention du public lorsque les discours se font trop longs ou quand la voix de l’orateur se fait trop monotone », explique Sandrine Andro, consultante spécialiste des médias sociaux. Mais encore faut-il savoir s’en servir pour ne pas voir quelques tweets venir troubler le bon déroulement de la manifestation. Il faut d’abord être conscient qu’un réseau social est, par essence, ouvert à une communauté qui dépasse le cadre de l’entreprise. Et bien que la tentation soit grande, vous éviterez toute tentative de censure au profit d’une modération douce par le biais d’un Community Manager. De même, il convient de bien choisir son réseau social : « Si on veut toucher des leaders d’opinions, on utilise Twitter. Pour une dimension plus divertissante, on préférera FaceBook ». En clair, c’est la pertinence du réseau par rapport à l’objectif et au public concernés qui prime, pas sa popularité !